Miroir! Dis-moi qui est l’animal?

On a tous une bonne raison d’accueillir un animal dans la famille…

Substitut d’enfant, compagnon fidèle et sans jugement, distraction pour les gosses, gardien de nos corps et biens, renifleur dans les avalanches ou les décombres, détecteur de drogue ou de séisme, aide de camp dans le handicap, les yeux du non-voyant, passerelle pour les enfants autistes, maintien et motivation des anciens, ou juste un gros doudou vivant…

Et pour moi une source d’inspiration et de bonne humeur!

Avec mon enfant j’ai appris à marcher, avec mon chien j’ai appris à apprendre!
Combien de leçons mon amie à 4 pattes m’a donné… Patience, maîtrise et tolérance bien sûr mais j’utilise aussi désormais un nouveau langage.

J’ai appris à jouer, à me détacher des petits tracas quotidiens, à courir 10 kms, à sourire de l’intérieur, à m’interroger sur mes responsabilités, à regarder et écouter la nature dans laquelle je me vautre plusieurs fois par jour pour les sorties quotidiennes nécessaires à mon chien et devenues source de plaisir pour moi…

Il m’oblige à me surpasser et me guide tout au long de ce très long apprentissage.

Source de cette déclaration soudaine, l’émission radiophonique du jour consacrée aux chiens à travers la philosophie, la mythologie et la littérature.

Merci Valérie et France Culture!

https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/chiens

http://journals.openedition.org/leportique/2454

« Nous sommes des espèces de compagnie. » Donna-Jeanne-Haraway

« Les chiens sont nos parents, ils nous aiment et prennent chien de nous ! » Mark Alizart

« Le jour où l’on comprendra qu’une pensée existe chez les animaux, nous mourrons de honte de les avoir enfermés dans les zoos et de les avoir humiliés par nos rires. » Boris Cyrulnik

https://www.franceinter.fr/emissions/le-baladeur/le-baladeur-12-aout-2014


5 réflexions sur “Miroir! Dis-moi qui est l’animal?

  1. Bon bah j’ai essayé de l’écouter le plus loin possible. J’ai cessé d’écouter au bout d’à peine un quart d’heure. Je suis comme Deuleuze, faut croire, allergique à certaines voix. Je ne supporte pas la sienne. Et il énonce tellement de mièvreries et de bêtise à la minute … désolée ! Autant j’ai adoré l’émission Les chemins de la connaissance autant je déteste ces nouveaux philosophes à la voix docte. J’entends fort bien Deleuze lorsqu’il dit qu’il faut avoir un rapport animal avec l’animal ! C’est la seule façon d’entendre l’aboiement lorsqu’il s’agit d’un chien et de sentir les mots du chat lorsqu’il vient se coller contre nous. Quant à Freud il a écrit 2 petits textes au sujet des chiens. Il en a eu deux dont un offert par Lou Andreas Salomé qui s’appelait Dolfy. Il n’a jamais dit que le chien est un loup castré. Ce type fait référence sans doute sans l’avoir lu au texte de Freud : l’Homme aux loups, où il analyse le rêve que celui fait où sont représentés des « loups » dans un arbre. Bref, à lire car passionnant. Bref vous m’aurez comprise ça ne m’a pas vraiment intéressée ! 🤭🤨

    Aimé par 1 personne

  2. Telles sont réellement les raisons pour lesquelles on peut aimer un animal comme Topsy (ou Jofi), avec une profondeur aussi singulière, cette inclination sans ambivalence, cette simplification de la vie libérée du conflit avec la civilisation, conflit si difficile à supporter, cette beauté d’une existence parfaite en soi. Et pourtant, en dépit de toutes les différences du développement organique, ce sentiment de parenté intime, d’intimité incontestée. Souvent en caressant Jofi, je me suis surpris à fredonner une mélodie que je connais bien, quoique je ne sois pas du tout musicien : l’aria de Don Giovanni, Un lien d’amitié nous unit tous deux… Sigmund Freud

    Aimé par 1 personne

  3. Une émission consacrée au chien mais surtout aux représentations de l’être humain sur le chien.
    L’invité questionne l’Histoire comme la philosophie et le pourquoi le chien, ce loup domestiqué depuis environ 3000 ans, qui est à la fois source de bonheur et source de chagrin (quand il part) n’est pas plus reconnu pour la place qu’il occupe dans nos vies.
    Le philosophe Gilles Deleuze qui ne supportait pas l’aboiement du chien (certains partageront sans difficulté cet avis) reconnaît que « l’Homme qui aime le chien a un rapport animal au chien». C’est une reconnaissance de cet animal qui n’est ni humain (pas un enfant ni un homme ou autre substitut humain) ni complètement animal (du fait de sa domesticité) mais qui a cette place à part dans le rapport aux humains.
    De fait, c’est une erreur commune de croire que le chien est au service de l’Homme car biologiquement (évolution)et historiquement « le chien est à la jointure des mondes ». Seul le chien devrait pouvoir définir son statut : protecteur de l’Homme, profiteur des soins prodigués par l’Homme, animal en meute, etc.
    La reconnaissance du statut de l’animal comme autre que simple serviteur de l’Homme permet la rencontre, l’enrichissement et la compréhension mutuels.

    Avec le temps, l’Homme a perdu son illusion d’être le maître du Monde et il se peut que les reliquats de cette illusion se retrouve dans ce besoin de maîtriser le chien au lieu de le respecter dans son être et sa différence. L’Homme qui a peur de perdre son illusion de puissance se vengera sur l’animal de cette perte qu’il espèrera (illusoirement) compenser en réduisant brutalement le chien à la domestication par un processus de phallocentrisme.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s